mardi 2 août 2011

Ashes and Snow....







Je vous invite à aller voir cette exposition ici:http://www.ashesandsnow.org/

Un véritable enchantement! Mille mercis à Gregory Colbert pour cette vision si paisible du monde


Ashes and Snow, de l'artiste canadien Gregory Colbert, est une installation d’œuvres photographiques, cinématographiques et d'un récit épistolaire qui voyage dans le Nomadic Museum, une structure temporaire construite spécialement pour l'exposition.

Ce travail explore les sensibilités poétiques communes des hommes et des bêtes. Ashes and Snow a voyagé à Venise, New York, Santa Monica, Tokyo, et Mexico. En date de juillet 2009, Ashes and Snow a été vue par plus de 10 millions de personnes, devenant ainsi l'exposition d'un artiste vivant la plus visitée de l'histoire de l'art.


***********

La plupart des grands organes de presse et des chaînes télévisées en Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, Asie et Afrique ont parlé de Ashes and Snow de Gregory Colbert, y compris CNN, CNN en espagnol, CNN International, BBC International, EuroNews, Televisa (Mexico), TV Azteca (Mexique), Televisión Española-TVE (Espagne), ABC, NBC, CBS, A&E, RTVi (Russie), TV Globo (Brésil), Fuji TV (Japon), NHK (Japon), PBS, RAI TV (Italie), Fox News, CTV (Canada), CBC (Canada), CCTV (Chine), ZDF (Allemagne), IRI TV (Iran) et TBS (Japon).
  • « Le pouvoir de ces images vient moins de leur beauté formelle que de la façon dont elles enveloppent le spectateur... Elles sont simplement des fenêtres ouvertes sur un monde où règnent patience et silence. » — New York Times (2002)
  • « L'œuvre de Gregory Colbert est éternelle et sacrée. Elle résonne d'échos lumineux et d'un sagesse essentielle qui défie le temps. Son travail se développe dans un univers parallèle au nôtre, authentique, rafraîchissant, sans ironie, un univers où le prodige et l'émerveillement sont toujours possibles. » — The Globe and Mail, 2002
  • « Il n'y a pas de traduction possible du mot anglais bliss en italien. Pourtant c'est précisément ce que nous fait ressentir l'exposition Ashes and Snow. » - La Repubblica, 2002
  • « Il n'y a pas de choc des espèces dans Ashes and Snow ; c'est un monde où l'homme et l'animal coexistent pacifiquement, vivant dans les rêves de l'autre. » — Los Angeles Times, 2006
  • « Des photos fascinantes d'hommes et d'animaux qui reflètent une harmonie stupéfiante. »— Stern, 2006
  • « Ashes and Snow est l'expression des possibilités poétiques d'une relation harmonieuse entre l'homme et l'animal. » — Newsweek, 2007
  • « Tokyo est un espace si artificiel que nous qui y vivons, perdons progressivement de vue le monde de la nature. Le Nomadic Museum nous replonge dans cet univers où il a dû faire si bon vivre. Ce musée est un espace où l'on peut se réconcilier avec notre nature profonde. » — Asahi Shimbun, 2007
  • « Au milieu du Zocalo, un musée de bambou est né. Ses racines pointent vers le ciel, à l'intérieur repose un secret qui vous laissera sans voix : l'exposition de Ashes and Snow. » — Reforma, 2008
  • « Le Nomadic Museum redonne tout leur potentiel d'émerveillement aux musées qui, par excès de clarté et de luminosité, ont banni les ombres. La puissance de l'exposition et celle du bâtiment sont si réciproques qu'il est difficile de séparer le danseur de la danse. Colbert conditionne les sens du spectateur pour faciliter son entrée psychologique dans l'espace photographique, et pour porter le message que l'homme n'est pas, et ne peut être, séparé de la nature où il évolue. En ces temps agnostiques et cyniques, le bâtiment devient un lieu de sensation et même de spiritualité. Ashes and Snow est une exposition qui vous désarme par sa simplicité grandiose. » — Modern Painter, 2005

Bien que l'exposition n'ait pas encore visité la Chine, elle a déjà attiré l'attention de la presse chinoise.
  • « Les photographies de Colbert sont époustouflantes; surtout quand on sait qu'elles ne sont ni retravaillées ni superposées. Les animaux vaquent en toute liberté pendant les prises de vues du photographe dont la seule indication à ses modèles humains est de "Rentrer à l'intérieur d'eux-mêmes et de faire confiance à l'animal". Les tons sépia et ombre donnent aux tirages - imprimées à l'encaustique sur un papier japonais fait-main - un air d'éternité; elles auraient pu être prises il y a un siècle. » — South China Morning Post, 2005
  • « Une exposition ample, dramatique; un hommage inspiré à la nature, à la vie tribale et aux animaux menacés d'extinction.» — South China Morning Post, 2006
  • « Ces photographies, sans commentaire ni légende, nous délivrent une vision au message éloquent : si nous ignorions ce que nous refusons de voir, désormais nous ne pouvons plus l'ignorer.» — South China Morning Post, 2007

Chats féériques....

Cartes de chats féeriques de Séverine Pineaux , une jeune artiste très talentueuse et que j'aime beaucoup!
Né(e) le : 1/11/1960


Parisienne d’origine, Séverine Pineaux vit aujourd’hui à Auxerre. Elle a toujours voulu dessiner, et suit à 17 ans dans ce but des cours dans un atelier à Paris, où elle réalise déjà quelques peintures sur le thème de l’homme-arbre.
Après une licence d’art plastique, elle co-fonde une société de communication qui lui permet de faire du dessin animé, de l’image de synthèse, des pochettes de disques, des affiches et divers travaux publicitaires. Indépendante depuis 1994, elle réalise des illustrations de fantastique, de fantasy et de science fiction pour Presse Pocket, les éditions du Rocher, Fleuve noir, Dragon magazine et plusieurs éditeurs de jeux. Son travail est aussi édité en cartes postales chez Sidhs & Banshees.
En 1998, elle reçoit le prix professionnel lors du festival « Visions du Futur » à Paris. Elle participe à différentes expositions collectives à Paris, en Bretagne, à Limoges, à Lyon ainsi qu’à Hong Kong en 2001. Fin 2002, elle est un des neufs artistes présentés dans le livre d’art fantastique Terra Incognita, titre épuisé à ce jour. Elle expose cette année à la galerie l’Arche de Morphée à Paris.




 



Matouvue





Chaotik



Chaloween



Chaman



les Artichats




Matousalem





**************

Séverine Pineaux

pineaux.jpg
« Peintre et illustratrice de fantasy et de fantastique, Séverine Pineaux est une artiste indépendante qui réalise des illustrations de fantastique, de fantasy et de science-fiction pour Presse Pocket, Fleuve Noir, les Editions du Rocher, les magazines Dragon magazine et différents éditeurs de jeux.
Après la naissance de son premier enfant, en 1997, elle commence à peindre et cherche quel thème traiter : c’est finalement celui de l’homme-arbre qui s’impose. Elle explore ce thème des êtres-arbres, qui lui vient de son adolescence et lui permet de parler de l’homme lié à la nature.
Fin 2002, elle est un des neufs artistes présentés dans le livre d’art fantastique « Terra Incognita ». En 2004, elle publie le livre « Ysambre » présentant de nombreux tableaux et croquis (édité par La Mascara France).
En décembre 2006 est sorti le livre « Les dragons, petit traité de sciences naturelles » (ed. Au Bords Des Continents ). » (source pineaux.com)
—> http://www.pineaux.com/
pineaux5.jpg
pineaux3.jpg
pineaux2.jpg
pineaux4.jpg
©Copyright Séverine Pineaux

La nostalgie "National Heritage" de Morgan Weistling

Morgan Weistling est un artiste contemporain américain.
Site Web
 (510x640, 89Kb)
Matin léger
 (447x640, 86Kb)
Pensées lointaines
 (426x640, 123Kb)
Rêves en bleu
 (466x600, 147Kb)
Illuminé
 (408x660, 100Kb)
Rêves d'Emeraude
 (506x640, 142Kb)
Salon
 (476x640, 138Kb)
Rêves en or
 (479x640, 95Kb)
Incandescence du soir
 (376x640, 87Kb)
Ferme soulevées
 (600x531, 93Kb)
Pain de Pionier
 (461x640, 110Kb)
Réflexions
 (640x431, 124Kb)
Sérénité
 (640x467, 140Kb)
Montre de poche
 (640x558, 153Kb)
Day Dreamer
 (469x640, 122Kb)
Soeurs

Un photographe...


""Un photographe d’art de mes amis, excellent physionomiste de surcroît, me fait remarquer tout à coup, à mon grand effroi doublé d’amusement, que la plupart des gens ne possèdent pas vraiment de tête à eux. 
Ils exhibent souvent à sa place une double nuque, qui encercle leur cou gras, et l’ornemente des deux côtés. 
Mon photographe, en juge équitable des visages humains, fait une exception notoire pour les grands footballeurs et les rugbymen champions dans leurs catégories sportives ; ceux-là ont effectivement une tête ronde ou ovale à souhait. 
Mais elle se situe toujours en bas, juste devant le gros orteil de leur pied droit. Je n’y aurais jamais pensé tout seul, mais rien ne vaut le coup d’œil expert d’un artiste, l’arrêt sur image d’un vrai connaisseur de l’espèce humaine...."



Claude Vigée



Claude Vigée, né Claude Strauss à Bischwiller en 1921, est issu d’une famille juive. Sa première langue fut le dialecte alsacien. L’enseignement obligatoire du français " pasteurisé, correct mais tout à fait standard"» à l’école a conduit pour lui à la dévalorisation de sa langue natale. Avec son grand-père maternel, vers 1905, il apprend à parler le judéo-alsacien dont il se servira pour exprimer, comme ses aïeux le faisaient, "des nuances de pensées et des sentiments autrement inexprimables". Lors de ses études au lycée Fustel de Coulanges à Strasbourg, il s’essaie à la poésie.
Mais il est bientôt contraint par la guerre de quitter l’Alsace pour Toulouse où il étudie la médecine. Là, il est profondément choqué par un article du Paris-Soir intitulé "Le Statut des Israélites". " Les Juifs français sont formellement déclarés hors-la-loi par le gouvernement légal de l’Etat français". Il participe clandestinement à l’organisation de la résistance juive (« Armée juive ») et ajoute à son patronyme le nom de Vigée avec lequel il publiera ses poèmes pendant la Seconde Guerre mondiale.
La suite des événements le conduit à s’exiler aux Etats-Unis. Claude Vigée apprend l’anglais, fait son doctorat en lettres et enseigne la littérature française dans diverses universités américaines. En 1960, il décide de quitter " la sécurité de la vie américaine" avec sa femme alsacienne pour enseigner à l’Université hébraïque de Jérusalem. Aujourd’hui Claude Vigée vit en Israël et revient régulièrement dans son Alsace natale.

Bibliographie

Poésie :
Claude Vigée, la Corne du grand pardon.- Paris : Seghers, 1954
L’Eté indien.- Paris : Gallimard, 1957 (poèmes et journal)
Le Soleil sous la mer.- Paris : Flammarion, 1972
Du bec à l’oreille.- Strasbourg : Editions de la Nuée Bleue, 1977
Pâque de la Parole.- Paris : Flammarion, 1978 (poésie, journal, essais)
Les Orties noires flambent dans le vent.- Paris : Flammarion, 1984
Heimat des Hauches.- Bühl-Moes : Elster, 1985
Wénderôwefîr / Le Feu d’une nuit d’hiver.- Paris : Flammarion, 1989
L’héritage du feu.- Paris : Mame, 1992 (poèmes, essais, entretiens)
Aux portes du labyrinthe : poèmes du passage (1939-1996).- Paris : Flammarion, 1996
Essais :
Les Artistes de la faim.- Paris : Calmann-Levy, 1960
Révoltes et Louanges.- Paris :Corti, 1962
La Lune d’hiver.- Paris : Flammarion, 1970
Délivrance du souffle.- Paris : Flammarion, 1977
L’Art et le Démonique.- Paris : Flammarion, 1978
L’Extase et l’Errance.- Paris :Grasset, 1982
Le Parfum et la Cendre, entretiens sur trois continents.- Paris : Grasset, 1984
Une voix dans le défilé, vivre à Jérusalem.- Paris : Nouvelle cité, 1985
La Manne et la Rosée, fête de la Tora.- Paris : Desclée de Brouwer, 1986
La Faille du regard.- Paris : Flammarion, 1987
Aux sources de la littérature moderne.- Bourg-en-Bresse : Entailles-Philippe Nadal, 1989
Disques :
Les Orties noires flambent dans le vent : Schwàrzi sengessle flàckere ém wénd.- Schiltigheim : EMA, 1984
Traductions :
Cinquante poèmes de Rainer Maria Rilke.- Paris : « Les lettres », 1953
Mon printemps viendra.- Paris : Seghers, 1965.- poèmes de D. Seter
Les yeux dans le rocher.- Paris : Corti,1968.- poèmes de D. Rokéah
L’Herbe du songe.- Paris : Caractères, 1971.- poèmes d’Y. Goll
Le Vent du retour.- Paris : Arfuyen, 1989.- poèmes de Rainer Maria Rilke

Si Venise m'était contée....

Chantal Lovilla - est le pseudonyme d'un célèbre peintre italien
Site


Venezia.
 (650x600, 81Kb)
Nostalgie.
 (550x561, 74Kb)

Colazione.
 (659x650, 108Kb)
Touristique de Venise.
 (658x650, 104Kb)
Vue sur le lac.
 (550x553, 73Kb)
Petit déjeuner à Venise.
 (658x650, 101Kb)
Camilla parmi les roses.
 (550x554, 56Kb)
Régate.
 (649x650, 108Kb)
Tableau avec des fleurs.
 (550x553, 86Kb)
Catégorie

La danse vue par Chris Nash

A Flash of Light: The Dance Photography of Chris Nash

Until Mon Aug 29 V&A, Cromwell Rd, London, SW7 2RL

Richard Alston Red Run
Alston Lie of the Land
Featherstonehaughs EgonSchiele
Rambert
Teresa Cholmondeley
All images are courtesy of the Victoria and Albert Museum, London