dimanche 17 juillet 2011

La nature vue par Sandra Kreuzinger

Sandra Kreuzinger est une photographe allemande et j'apprécie énormémemnt ses photos de paysages, couchers de soleil, montagnes....























Visit website

Paroles..



At my country retreat I do as I please. I write, I paint - but I spend most of the time just drifting along with my thoughts...

 Carl Jung,

 Interview with Frederick Sands, London Daily Mail (1955).

La maison du silence


La maison du silence
se dresse dans un coin de la montagne,
avec son capuchon de tuiles vermoulues.
Et elle semble si docile
qu’elle s’émeut à peine sous le bruit
d’un arbre proche où rêve
l’amoureux conclave d’un nid.

Mais personne peut-être ne l’habite
ou l’aime
- d’ailleurs, des hommes y ont-ils quelque jour vécu ?
Pourtant son cœur avec lenteur palpite
d’un battement profond de résigné,
quand la rumeur la blesse
et fait couler le sang de son côté tremblant.

Dans cette maison du silence j’imagine
un patio lumineux avec pour ornement
l’herbe qui ronge les gouttières
et un mur dont les pluies qui tombent torrentielles
délavent les couleurs.

Et par les nuits au ciel bleuté,
je la pense perturbée si elle devine
un balbutiement de lumière sur ses bancs,
et je l’entends verser avec un bruit
presque imperceptible déjà et contenu
ses larmes paternelles vieilles de trois mille ans.

José Gorostiza (Villahermosa, 10 Novembre 1901 — Mexico City, 16 Mars 1973)


José Gorostiza Alcalá  est sans aucun doute l'un des plus grands poète mexicain de notre temps, manifestement très peu connu et traduit en France.

"Mort Sans Fin Et Autres Poèmes"
Son oeuvre, peu nombreuse, mais l'une des plus pures de sa génération, obtient très tôt une audience considérable, au-delà même du Mexique. Parce qu'il sait, comme Federico García Lorca, accorder une surprenante intériorité à des formes simples et populaires ; parce qu'il orchestre ses poèmes avec un sens inné de la musicalité. Sa thématique illustre le génie hispanique de l'exaltation - angoisse d'amour et de mort -, comme s'il était à mi-chemin, par sa rigueur, notait un commentateur, de soeur Juana Inés de la Cruz et de Paul Valéry.

Traduit du mexicain par Claude Couffon

Daniel F. Gerhartz



 

 

 

 

 

 

Daniel F. Gerhartz


Né en 1965 à Kewaskum, dans le Wisconsin, où il vit maintenant avec sa femme Jennifer, études à l'Académie américaine des arts de Chicago, Illinois, très influencé par John Singer Sargent, Alphonse Mucha, Nicolas Fechin, Joaquin Sorolla, Carl von Marr, ainsi que de nombreux autres impressionnistes français et américains.

Dan montre un intérêt particulier pour l'art russe contemporain et les uxueux tissus peintres de Nicolas Fechin, Isaac Levitan et Ilya Repine.



 

4156496_the_moment (700x443, 340Ko)4156496_dfg6 (699x455, 235Kb)


4156496_winter_sun (700x587, 348kb)

4156496_Therefore_I_Will_Remember_You (650x541, 441Kb)






















  4156496_Tapestry (479x700, 257Ko)4156496_Lupine (439x700, 304Kb)




4156496_DGbook1emailfarmerimage_1_ (692x429, 280Kb) / 4156496_Peonies_and_Silver (650x637, 305Kb)


 


4156496_danielfgerhartz_221 (320x643, 170Ko)4156496_danielfgerhartz_22 (313x643, 172Ko)

4156496_danielfgerhartz_10 (273x698, 180Ko)4156496_danielfgerhartz_101 (341x699, 171Ko)


4156496_Italy (351x700, 205Ko)4156496_Midsummer (391x700, 237Kb)






4156496_October (404x700, 287Kb)