vendredi 8 juillet 2011

Paroles...




Ce n'est donc pas un mince bonheur qu'une condition médiocre : le superflu grisonne plus vite, le simple nécessaire vit plus longtemps. 




William Shakespeare

 
(Le marchand de Venise, trad. François-Victor Hugo, p.29, Garnier-Flammarion n° 29)


Juste l'été....






James Abbott McNeill Whistler

James Abbott McNeill Whistler (1834 - 1903) est un peintre américain, lié au mouvement symbolique et impressionniste.
Auto-portrait. 

Файл:Whistler Selbstportrat.jpgArrangement in Grey and Black:  Portrait of the Artist's Mother


Harmony in Green and Rose:  The Music Room
Harmonie en vert



James Abbott McNeill Whistler -1869

Symphony in White Number 1:  The White Girl


Rose and Silver:  The Princess from the Land of Porcelain


Symphony in White Number 2:  The Little White Girl


Arrangement in Brown and Black:  Miss Rosa Corder



Annabel Lee



Arrangement in Black:  The Lady in the Yellow Buskin- Portrait of Lady Archibald Campbell



Harmony in Grey and Green:  Miss Cicely Alexander



Arrangement in Grey and Black Number 2:  Portrait of Thomas Carlyle



Symphony in Grey and Green:  The Ocean





File:James Abbot McNeill Whistler 007.jpg


File:James Abbot McNeill Whistler 010.jpg


File:Whistler Grau und Gold - Schnee in Chelsea.jpg



File:Whistler James Nocturne Trafalgar Square Chelsea Snow 1876.jpg


Wapping


Symphony in White Number 3





File:Whistler James An Orange Note 1884.jpg

















































Les espaces du sommeil


lucian-freud-ib-and-her-husband.jpg
Lucien Freud

Dans la nuit il y a naturellement les sept merveilles
du monde et la grandeur et le tragique et le charme.
Les forêts s'y heurtent confusément
avec des créatures de légende cachées dans les fourrés.
Il y a toi.

Dans la nuit il y a le pas du promeneur
et celui de l'assassin et celui du sergent de ville
et la lumière du réverbère
et celle de la lanterne du chiffonnier.
Il y a toi.

Dans la nuit passent les trains et les bateaux
et le mirage des pays où il fait jour.
Les derniers souffles du crépuscule
et les premiers frissons de l'aube.
Il y a toi.

Un air de piano, un éclat de voix.
Une porte claque. Un horloge.
Et pas seulement les êtres et les choses et les bruits matériels.
Mais encore moi qui me poursuis ou sans cesse me dépasse.
Il y a toi l'immolée, toi que j'attends.

Parfois d'étranges figures naissent
à l'instant du sommeil et disparaissent.
Quand je ferme les yeux,
des floraisons phosphorescentes apparaissent
et se fanent et renaissent comme des feux d'artifice charnus.
Des pays inconnus que je parcours en compagnie de créatures.
Il y a toi sans doute, ô belle et discrète espionne.

Et l'âme palpable de l'étendue.
Et les parfums du ciel et des étoiles
et le chant du coq d'il y a 2,000 ans
et le cri du paon dans des parcs en flamme et des baisers.

Des mains qui se serrent sinistrement dans une lumière blafarde
et des essieux qui grincent sur des routes médusantes.
Il y a toi sans doute que je ne connais pas,
que je connais au contraire.

Mais qui, présente dans mes rêves,
t'obstines à s'y laisser deviner sans y paraître.
Toi qui restes insaisissable
dans la réalité et dans le rêve.

Toi qui m'appartiens de par ma volonté
de te posséder en illusion
mais qui n'approches ton visage du mien
que mes yeux clos aussi bien au rêve qu'à la réalité.

Toi qu'en dépit d'un rhétorique facile
où le flot meurt sur les plages,
où la corneille vole dans des usines en ruines,
où le bois pourrit en craquant sous un soleil de plomb.

Toi qui es à la base de mes rêves
et qui secoues mon esprit plein de métamorphoses
et qui me laisses ton gant quand je baise ta main.
Dans la nuit il y a les étoiles
et le mouvement ténébreux de la mer,
des fleuves, des forêts, des villes, des herbes,
des poumons de millions et millions d'êtres.

Dans la nuit il y a les merveilles du mondes.
Dans la nuit il n'y a pas d'anges gardiens
mais il y a le sommeil.
Dans la nuit il y a toi.

Dans le jour aussi.


Robert Desnos


Desnos RobertNé à Paris en 1900, Desnos participe au mouvement dada et au groupe Aventure.
En 1922, après avoir fait la connaissance de Benjamin Péret, il passe au mouvement surréaliste et se distingue d'amblée par les dons remarquables dont il fait preuve au cours des expériences sur le sommeil hypnotique: endormi, Robert Desnos parle, dessine et écrit avec une prodigieuse aisance. Il assure même pouvoir entrer en relation télépathique avec Marcel Duchamp qui se trouve à New York et réalise à cette époque des jeux de mots étrangement similaires à ceux de l'inventeur des ready-made.
Il participe aux revues Littérature et La Révolution Surréaliste dans lesquelles il publie des récits de rêves. Exclu du groupe surréaliste après la publication du Second Manifeste, il se consacre, dès 1929, au journalisme. Au point de vue poétique, il revient peu à peu à une forme classique rejetée par les surréalistes et emploie à nouveau la rime.
Arrêté par les Nazis à son domicile parisien, Desnos est déporté à Buchenwald, vers la fin de l'occupation. Transféré à Ténézine (Tchécoslovaquie), il meurt du typhus le 8 juin 1945.

Le monde selon Paolo Pellizzari

Paolo Pellizzari





Paolo Pellizzari photographe belge d'origine italienne, parcourt le monde avec son panoramique, ces photos sont extraites du livre "un milliard d'indiens".