vendredi 1 juillet 2011

Edward Cucuel



Le célèbre artiste américain Edward Cucuel né en 1875 (et parfois l'année de 1879 ) à San Francisco.

Femme allongée près d'un lac


Il est né en 1875 (ou 1879 s) à San Francisco. Déjà à l'âge de 14 ans, il commence à étudier la peinture dans sa ville natale. En 1892 Cucuel allé à Paris, où il poursuit sa formation dans les studios de l'Académie Julien. En 1893, à l'École des Beaux-Arts, il devient l'élève de Jean Léon Gérôme. 
 En 1896 Cucuel retourne à San Francisco et commence sa carrière comme illustrateur de magazines.
Il part ensuite en Europe, il est allé d'abord à Paris puis en Allemagne où il a passé quelques années.
En 1907, il a déménagé son studio de Berlin à Munich.
Bien que le style de l'artiste ait été fortement influencé par la créativité des expressionnistes allemands, en travaillant avec Leo Putz, Cucuel créé son propre style.
Après être devenu un peintre populaire, finalement il s'est tourné vers l'impressionnisme,
En 1928 Cucuel déménage à New York et 11 ans plus tard, avec sa famille en Californie. 
Le lieu de baignade

Un après-midi sur le lac

Thé dans le parc

Soleil d'automne

Une soirée de bal
Portrait de la grande chanteuse d'opéra et de concert Thornton Renée
Quiet_Waters
The_Bathers
Le Roman
DIE Landung (le palier)
«Par le lac"
Adieu
'Summer Idyll »
'Sunny Spring Morning'
'Summer Loisirs'
«Wood Nymph '
Lady_In_A_Rowboat
Réflexions d'été


Source:

Catégories:

Les paysages de Jian Min Chong


Jian Chong Min
Peintre paysagiste chinois contemporain .
Né en 1947,  à Shunde, dans la province du Guangdong, est allé à l'art du secondaire à l'Académie des Arts du Sichuan. 
Après son expulsion en 1967, a travaillé dans la troupe acrobatique. A partir de 1978, il était responsable de l'illustration dans le transport aérien ", Chengdu". 
A partir de 1983 a travaillé à l'Académie de Peinture de Chengdu.





























http://www.artistsandart.org/2010/0...-landscape.html

La Renaissance de Scorel

« La Renaissance de Scorel », exposition des retables de Marchiennes au Musée de la Chartreuse (Nord-Pas-de-Calais)

Du 7 juin au 3 octobre 2011, le musée de la Chartreuse de Douai propose une exposition retraçant le travail de restauration du polyptique de l’abbaye de Marchiennes réalisé par Jan van Scorel. Ce retable datant du XVIème siècle relate la vie de Saint-Jacques le Majeur et de Saint-Etienne.


Hérode Agrippa assisté du grand prêtre Abiathar ordonnant le supplice de Saint Jacques, Jan van Scorel © Thériez


Jan van Scorel
Né à Schoorl en 1495 et mort à Utrecht en 1562, Jan van Scorel est l’un des artistes ayant fortement contribué à l’introduction de l’art de la Renaissance italienne aux Pays-Bas. A la fin de son apprentissage auprès de Jan Gossaert, il traverse les pays d’Europe et imprègne son style de ses voyages, notamment en Autriche et à Venise.
Durant son séjour au Vatican, son art reçoit l’influence de l’art de l’Antiquité mais aussi de Raphaël, Michel-Ange et d’autres grands maîtres contemporains de la Renaissance. Il effectue ensuite un pèlerinage en Terre Sainte et produit un grand nombre de vues de Jérusalem.

Son intérêt pour les peintures à thème religieux et sa haute érudition en font l’un des artistes les plus prisés de son temps. Grâce à son engagement religieux, ses contacts avec la haute société et son style raffiné, il reçoit de nombreuses commandes des églises et couvents de toute l’Europe.
Héritier de la Renaissance italienne et des maniéristes romains mais aussi de l’art traditionnel hollandais, ses peintures traitent la couleur et le motif avec une grande minutie. Dans la peinture de van Scorel, la lumière est souvent vive et met en valeur le relief des corps et des étoffes.


La lapidation de Saint Etienne, Jan van Scorel, H. : 2,19 m ; L. : 1,51 m, Huile sur bois
© Thériez


Le grand polyptique de l’abbaye de Marchiennes
Le chœur de l’abbatiale de Marchiennes était orné de trois retables réalisés par van Scorel. Le Triptyque de Sainte Ursule et des onze mille vierges ainsi que le Martyre de Saint Laurent décorait les autels latéraux. L’autel central présentait le grand Polyptique de Saint Jacques le Majeur et de Saint Etienne. C’est de l’entreprise de restauration de ce dernier que traite l’exposition actuelle au musée de la Chartreuse.
Ce polyptique présente trois positions : lorsqu’il est fermé, il représente Saint Etienne et Saint Jacques ; dans la première position d’ouverture il figure la vie de Saint Jacques le Majeur et dans la seconde la vie de Saint Etienne.



Hérode Agrippa assisté du grand prêtre Abiathar ordonnant le supplice de Saint Jacques, Jan van Scorel © Thériez


La restauration
Le polyptique de Marchiennes constitue une des pièces majeures des collections du musée de la Chartreuse. L’histoire de cette œuvre, les diverses péripéties qu’elle a traversé expliquent les dégradations qu’elle a subit. Lors de la Révolution les différents panneaux qui le composent ont été dispersés, pendant la première guerre mondiale, trois d’entre eux ont reçu des éclats d’obus et dans les années 60, deux des panneaux ont servi d’étagère pour une armoire pour la sacristie de l’église des Courchelettes. Quelques années après, l’ancien conservateur en chef du musée de la Chartreuse, Jacques Guillouet les réunit enfin et entame les travaux de restauration. Lors de ce travail, les différents volets se trouvent individualisés et présentés en neuf tableaux indépendants plutôt qu’en une seule structure mobile et différents points de vue.

L’exposition du musée de la Chartreuse présente les différentes étapes de ce long processus de restauration. Montrant d’abord l’état de l’œuvre avant intervention, elle révèle ensuite les groupes et individus qui ont participé à ce travail et l’ont rendu possible, mécènes, comité scientifique, restaurateurs, etc. Les visiteurs découvrent ensuite les phases successives de la restauration proprement dite : refixage de la couleur, nettoyage, masticage et réintégration. Enfin, l’exposition se conclut sur la mise en évidence des intérêts de cette restauration. Ainsi, elle a permis de mettre en valeur la gamme et l’intensité des couleurs des peintures de Scorel mais aussi la précision technique d’exécution du dessin.



Saint Etienne et Saint Jacques, Jan van Scorel © Isabelle Leegenhoek


L’exposition
Outre le grand polyptique des Marchiennes de Jan van Scorel et les documents retraçant son histoire, cette exposition présente également d’autres œuvres. Ainsi, les visiteurs peuvent également admirer le volet isolé du retable de Sainte Ursule qui attend d’être restauré et se faire une idée de celui de Saint Laurent grâce à l’exposition d’une copie dessinée. De plus, plusieurs dessins de Scorel permettent d’appréhender son style pictural de façon plus large et d’en saisir toute la finesse. Enfin, pour mieux comprendre le contexte de la commande des panneaux de Marchiennes, des plans de l’abbaye ainsi que d’autres documents historiques sont exposés.
Un ouvrage scientifique réalisé par de nombreux spécialistes français et étrangers complète l’exposition. Il révèle tous les aspects du polyptique et traite de sa place dans l’œuvre de Scorel.



Ange porteur du blason de Jacques Coëne © Thériez


Informations pratiques

Exposition « La Renaissance de Scorel »

Du 7 juin au 3 octobre 2011
Musée de la Chartreuse de Douai
130 rue des Chartreux
59500 Douai
Ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h, sauf le mardi et certains jours fériés
Tél. : 03 27 71 38 80
Fax : 03 27 71 38 84
Email : musee@ville‐douai.fr

L'Amérique de Linda Stocks Nelson

Linda Stocks Nelson est une illustratrice américaine contemporaine que j'aime beaucoup!

Les illustrations de Linda célèbrent le patrimoine remarquable de l'Amérique et dépeint un mode de vie basé sur les valeurs familiales et communautaires.
Les collectionneurs d'art folklorique du monde entier prennent plaisir à ces peintures richement détaillées de Linda de villages et de fermes d'antan.


Le Linda Nelson Stocks Folk Art 2011 Calendrier mural est rempli d'images de charme qui ravit ses fans les plus empressés....dont moi.