samedi 7 mai 2011

L'amérique vue par John Gutmann

John Gutmann  (1905-1998 ) était un photographe américain d'origine allemande et peintre.

Après avoir fui l'Allemagne nazie parce qu'il était Juif, Gutmann a obtenu un emploi aux États-Unis en tant que photographe pour divers magazines allemands.
Ses photos montrent surtout la vie américaine de tous les jours, surtout dans les années 30


 (492x562, 50Kb)
1934 Autoportrait


 (679x518, 43Kb)
La flotte est à San Francisco, 1934

 (687x503, 46Kb)
John et Gutmann Gerri

 (484x555, 29Kb)
Haussement d'épaule 1935

 (688x552, 100Kb)
Le Mexique Confessional, 1960

 (694x561, 46Kb)
Les sœurs du Mexique 1960

 (437x559, 50Kb)
Deux femmes Muslem Calcutta en Inde, 1945

 (448x558, 41Kb)
Étranges visiteurs en 1934

 (492x568, 35Kb)
Japanese Girl et Geisha San Francisco, 1939

 (448x561, 44Kb)
L'Oracle 1949

 (482x561, 38Kb)
Face derrière le voile 1939

 (440x565, 39Kb)
Photographe maternelle et infantile et 1950

 (550x562, 61Kb)
  le début du Drive-In Hollywood Restaurant, 1935

 (467x565, 44Kb)
Le nouveau jeu d'Orléans, 1937

 (402x561, 39Kb)
la mort rôde dans les 1939 Filmore

 (378x563, 34Kb)
Les femmes du Texas 1937

 (604x562, 38Kb)
Le Parc de la leçon centrale, New York, 1936

 (471x561, 45Kb)
«Jambon et oeufs." San Francisco, 1938

 (643x562, 52Kb)
Harlem cireur de chaussures, New York, 1936


Mobile, en Alabama, 1937

Chamanisme saami ... Mari Boine

Mari Boine - Goaskinviellja / Eagle Brother (Oslo Opera House, 2009)



Mari Boine Persen est une chanteuse norvégienne d'origine saami, née en 1956 au Finnmark, Norvège
Sa musique associe le chant traditionnel des Saami, le joik, avec des sons et des mélodies électro-acoustiques.


Née en Laponie, au nord de la Norvège, Mari a reçu de ses parents une éducation chrétienne très stricte qui bannissait toute tradition saami, y compris le chant traditionnel, en raison de ses liens avec le chamanisme. À l'âge de 20 ans, et alors que Mari se destinait à devenir une Norvégienne modèle, une manifestation contre la construction d'une centrale électrique en territoire lapon lui fait soudain prendre conscience de son identité ethnique saami, que son éducation avait refoulée. Dès lors, bien décidée à retrouver ses racines culturelles, Mari commence à écrire ses textes et à les chanter. S'inspirant du groupe saami Daednugadde Nuorat et du chanteur Ailohas, la chanteuse part à la recherche des chants traditionnels de son peuple.
En 1986, Mari réalise son premier disque en solo sur un support vinyle, After the Silence, qui contient des ballades et des chansons pop-rock. En 1988, le théâtre saami utilise ses chansons pour monter une série de saynètes. En 1989, suite à ce travail coopératif avec le théâtre saami, Mari réalise son deuxième album Gula Gula. L'année suivante signe sa consécration : l'album est diffusé avec succès sur la scène internationale sous le label Real World. En quelques mois, Mari devient l’une des artistes phares de la musique ethnique ainsi que l’ambassadrice artistique des saamis.


En 1998, après une dizaine d'année d'existence, le groupe Mari Boine Band est reformé avec de nouveaux membres, à l'exception de Roger Ludvigsen, le guitariste qui suit Mari depuis ses débuts.
En 2002, sa participation à la musique du film d'animation L'Enfant qui voulait être un ours (musique composée par Bruno Coulais) contribue à accroître sa renommée hors du circuit « World Music ».
Mari Boine Persen a su relever le défi de la reconnaissance et de la renaissance culturelle en valorisant ses origines à travers des textes de chansons particulièrement engagés et une alchimie harmonieuse entre ses quatre sources d'inspirations :

  • le fonds de tradition ancestrale saami (chant de gorge joik et pulsation au tambour rituel) ;
  • les sons contemporains électro-acoustiques (guitare acoustique et électrique, basse, synthétiseur électronique) ;
  • les influences musicales internationales (la pop, le rock, le jazz, etc.) ;
  • les musiques ethniques des autres peuples (flûtes andines, charango, percussions africaines, etc.).


Quelques vidéos:








Paroles...Victor Hugo

La fiancée de nacre - Anne-Bachelier


La fiancée du timbalier
 
" Monseigneur le duc de Bretagne
A, pour les combats meurtriers,
Convoqué de Nante à Mortagne,
Dans la plaine et sur la montagne,
L'arrière-ban de ses guerriers.

Ce sont des barons dont les armes
Ornent des forts ceints d'un fossé ;
Des preux vieillis dans les alarmes,
Des écuyers, des hommes d'armes ;
L'un d'entre eux est mon fiancé.

Il est parti pour l'Aquitaine
Comme timbalier, et pourtant
On le prend pour un capitaine,
Rien qu'à voir sa mine hautaine,
Et son pourpoint, d'or éclatant !

Depuis ce jour, l'effroi m'agite.
J'ai dit, joignant son sort au mien :
- Ma patronne, sainte Brigitte,
Pour que jamais il ne le quitte,
Surveillez son ange gardien ! -

J'ai dit à notre abbé : - Messire,
Priez bien pour tous nos soldats ! -
Et, comme on sait qu'il le désire,
J'ai brûlé trois cierges de cire
Sur la châsse de saint Gildas.

À Notre-Dame de Lorette
J'ai promis, dans mon noir chagrin,
D'attacher sur ma gorgerette,
Fermée à la vue indiscrète,
Les coquilles du pèlerin.

Il n'a pu, par d'amoureux gages,
Absent, consoler mes foyers ;
Pour porter les tendres messages,
La vassale n'a point de pages,
Le vassal n'a pas d'écuyers.

Il doit aujourd'hui de la guerre
Revenir avec monseigneur ;
Ce n'est plus un amant vulgaire ;
Je lève un front baissé naguère,
Et mon orgueil est du bonheur !

Le duc triomphant nous rapporte
Son drapeau dans les camps froissé ;
Venez tous sous la vieille porte
Voir passer la brillante escorte,
Et le prince, et mon fiancé !

Venez voir pour ce jour de fête
Son cheval caparaçonné,
Qui sous son poids hennit, s'arrête,
Et marche en secouant la tête,
De plumes rouges couronné !

Mes soeurs, à vous parer si lentes,
Venez voir près de mon vainqueur
Ces timbales étincelantes
Qui sous sa main toujours tremblantes,
Sonnent, et font bondir le coeur !

Venez surtout le voir lui-même
Sous le manteau que j'ai brodé.
Qu'il sera beau ! c'est lui que j'aime !
Il porte comme un diadème
Son casque, de crins inondé !

L'Égyptienne sacrilège,
M'attirant derrière un pilier,
M'a dit hier (Dieu nous protège !)
Qu'à la fanfare du cortège
Il manquerait un timbalier.

Mais j'ai tant prié, que j'espère !
Quoique, me montrant de la main
Un sépulcre, son noir repaire,
La vieille aux regards de vipère
M'ait dit : - Je t'attends là demain !

Volons ! plus de noires pensées !
Ce sont les tambours que j'entends.
Voici les dames entassées,
Les tentes de pourpre dressées,
Les fleurs, et les drapeaux flottants.

Sur deux rangs le cortège ondoie :
D'abord, les piquiers aux pas lourds ;
Puis, sous l'étendard qu'on déploie,
Les barons, en robe de soie,
Avec leurs toques de velours.

Voici les chasubles des prêtres ;
Les hérauts sur un blanc coursier.
Tous, en souvenir des ancêtres,
Portent l'écusson de leurs maîtres,
Peint sur leur corselet d'acier.

Admirez l'armure persane
Des templiers, craints de l'enfer ;
Et, sous la longue pertuisane,
Les archers venus de Lausanne,
Vêtus de buffle, armés de fer.

Le duc n'est pas loin : ses bannières
Flottent parmi les chevaliers ;
Quelques enseignes prisonnières,
Honteuses, passent les dernières...
Mes soeurs ! voici les timbaliers !... "

Elle dit, et sa vue errante
Plonge, hélas ! dans les rangs pressés ;
Puis, dans la foule indifférente,
Elle tomba, froide et mourante...
Les timbaliers étaient passés.

Victor HUGO   (1802-1885)

Un monde monétarisé




crédits: Máximo González, Le meilleur des mondes, 2009


Máximo González, Artiste argentin qui vit à Mexico, est surtout connu pour son travail fait de billets de banque, pièces de monnaie, jouets et les tissus.
Le matériel utilisé forme des œuvres artistiques qui soulignent son enquête sur des sujets relatif à l'environnement, l'écologie, le recyclage. 

Pour Les meilleurs murs / Le meilleur des mondes il a utilisé des billets dévalués, du carton et du tissu.

La Carinthie dans les yeux de Marius Sabo


Marius Sabo est un jeune photographe autrichien talentueux qui vit en Carinthie, région autrichienne la plus au sud du pays, et qui lui donne l'occasion de prendre en photo des paysages exceptionnels.
Connaissant moi-même très bien cette région, et sa douceur et sérénité, j'admire son travail et je ne peux que conseiller d'aller voir sa galerie de photographies sur les liens mentionnés ci-dessus.






















L'oeuvre de Gabriel Pacheco pour Sarmede 2011

Sàrmede


 29th Le immagini della fantasia
Sàrmede 2011

The flying elephants
(Orissa-India)
"Once upon a time, the whole sky was criss-crossed by flying elephants.."
 
 
Tale told by Luigi Dal Cin (auteur de littérature enfantine)
 
Magnifique!!!! J'aime vraiment beaucoup

Luis Gabriel Pacheco

Luis Gabriel Pacheco est un illustrateur mexicain. 
Hieronymus Bosch, Diane Arbus, Marc Chagall, Pina Bausch, ont eu, selon ses propres mots, une influence significative sur son développement artistique.  
Gabriel Pacheco crée des illustrations pour des recueils de poésie, livres, et contes de fées.